En lecture
Sénégal: l’ex-première ministre Aminata Touré déchue de son mandat de députée

Sénégal: l’ex-première ministre Aminata Touré déchue de son mandat de députée

L’ancienne première ministre du Sénégal, Aminata Touré, élue députée du camp présidentiel lors des législatives de juillet avant de prendre ses distances avec le président Macky Sall et son parti, a été déchue de son poste à la suite d’une initiative du camp présidentiel. Détails.

« Le bureau de l’Assemblée nationale a voté la déchéance de Aminata Touré » après une saisine du groupe parlementaire du camp présidentiel qui dit avoir constaté la « démission de fait » de Touré de ses rangs, a affirmé à l’AFP le député d’opposition Abba Mbaye.

Dix membres du bureau ont voté en faveur de cette déchéance contre sept, a précisé Mbaye qui a dénoncé une violation, selon lui, des textes.

Cette « déchéance » et le remplacement prochain de Touré, qui avait été cheffe du gouvernement de Sall de 2013 à 2014, a été confirmée par une députée du camp présidentiel, Adjie Mbergane Kanouté.

Sur iRadio, Kanouté a évoqué un « comportement de Aminata Touré à l’encontre du parti présidentiel qui l’a investie » députée, avec lequel « elle n’est plus en phase et qu’elle ne défend plus à l’Assemblée nationale ».

Dans un communiqué transmis ensuite à l’AFP, Touré a dit avoir appris son « exclusion de l’Assemblée nationale par le président Macky Sall, en totale violation de la loi ». « Je reste plus que jamais déterminée à poursuivre mon combat pour l’enracinement de la démocratie sénégalaise et contre sa tentative de troisième mandat moralement et juridiquement inacceptable », a-t-elle ajouté dans ce texte.

En septembre, Touré avait annoncé son retrait du groupe soutenant le chef de l’Etat au Parlement, en le justifiant par son opposition à un troisième mandat présidentiel de Macky Sall. Elu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, ce dernier est muet sur ses intentions de se représenter en 2024.

Lire aussi

Touré faisait partie des trois députés non affiliés à aucun groupe parlementaire du pouvoir ou de l’opposition, sur les 165 de l’Assemblée. Pour la première fois depuis l’indépendance, le camp présidentiel a perdu la majorité absolue qu’il détenait à l’issue des législatives de juillet, qui ont donné un quasi-équilibre des forces à l’Assemblée.

Après avoir dirigé la campagne de la majorité et conduit sa liste aux législatives de juillet, Touré avait lâché le camp du pouvoir après sa mise à l’écart à la dernière minute du poste de présidente de l’Assemblée, qui est ensuite revenu à un proche du président Sall, Amadou Mame Diop.

© Africa Times All Rights Reserved. Terms of Use and Privacy Policy

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir nos dernières informations

You have Successfully Subscribed!